Navigation




L'Epine Calcanéenne

Elle correspond à une calcification à la base de l’aponévrosite  plantaire due à une hypertension locale. On parle alors d’aponévrosite plantaire, causée le plus souvent par une activité pédestre importante (course à pied, randonnées, …) par une morphologie particulière du pied (pied plat, …) ou par un surpoids.

L’épine calcanéenne est donc probablement due a un étirement  excessif de l’aponévrose à son insertion  calcanéenne  conduisant a la formation de veritables éperons plantaires osseux.

La douleur peut se manifester à l’occasion d’une hyperactivité ponctuelle ou d’un traumatisme local. Elle devient alors permanente.

L’examen clinique permet de retrouver une douleur à la pression du centre du talon, puis le long de la bande  médiale de l’aponévrose plantaire, tout ceci étant majoré par la mise en flexion dorsale forcée du pied.

Le traitement initial est médical : Réalisation de semelles orthopédiques, possibilité d’infiltration aux corticoïdes, kinésithérapie.

En cas de douleurs rebelles aux différents traitements médicaux, la solution chirurgicale peut être proposée.



En quoi consiste le traitement chirurgical ?

Jusqu'à récemment le traitement chirurgical était assez lourd car invasif. Actuellement le traitement chirurgical percutané de l’épine calcanéenne permet des suites plus simples.

Celui-ci est réalisé sous contrôle scopie au bloc opératoire : On réalise au Beaver (bistouri fin) une section de l’insertion médiale de l’aponévrose puis une régularisation de l’épine calcanéenne par l’intermédiaire de mini fraises.

Une mini incision talonnière (2 à 3 mm) est suffisante, permettant la réalisation des 2 gestes.



Les suites opératoires

Elles sont généralement simples. Une mise en décharge partielle est préconisée pour quelques jours, jusqu'à résorption de l’hématome post opératoire.


Les principales complications possibles

Il existe des complications communes à toutes les interventions chirurgicales : complications anesthésiques, échecs et mauvais résultats, infections, raideur articulaire, problèmes de cicatrisation…

Il existe aussi des complications plus spécifiques, elles sont évoquées par le chirurgien lors de la consultation préopératoire. Elles sont rares mais on peut rencontrer :

- Hematome Post opératoire

- Algodystrophie : elle se traduit par un gonflement du pied et sensation de « chaud-froid » qui nécessitera une prise en charge médicale

Cette liste peut paraître inquiétante, mais les progrès des techniques et en particulier de l’arthroscopie et des matériaux ont fait énormément baisser le taux de complications.